— PRE-CHIMIOTHERAPIE #1 — Se préparer psychologiquement à se séparer de sa chère crinière

-- PRE-CHIMIOTHERAPIE *1 -- Se préparer psychologiquement à se séparer de sa chère crinière

Les cheveux et moi c’est une histoire d’amour de longue date.

Pour commencer, avant la 4ème (oui on est remonté à l’époque où j’étais au collège), je me fichais un peu de mes cheveux. Je faisais des tests (brushing, pas brushing, lisseur, pas lisseur). Un jour, j’ai testé le carré (alors que j’avais les cheveux longs) combiné à une frange. Ça ne m’allait pas du tout, grosse cata !

Puis, à partir de mes 13 ans, j’ai cessé de faire des tests pour garder une routine simple et efficace :

  • 👷 Mes cheveux poussent 1cm par mois (bon ça ok je ne décide pas…)
  • 💇 Je les coupe tous les 3 à 4 mois chez le coiffeur de 1 à 2 cm (en faisant les yeux doux pour que ça ne dépasse pas plus !!!)
  • 💆‍ Je fais 2 balayages dans l’année pour donner une touche de soleil à ma chevelure (oui à Paris, parfois, ça manque…)

Enfin, retour à octobre 2018 :

😨 Mon oncologue m’annonce qu’on va faire de la chimio et tout le tralala, que je vais perdre mes cheveux au bout de la 2nde à la 4ème cure. Gros coup de massue sur la tête (c’est le cas de le dire…).

❄️Des amis me parlent du casque réfrigérant que l’on peut nous prêter, qui sort tout droit d’un congélateur à -22 degrés. Je suis frileuse, je déteste avoir froid mais je me prépare à faire « ami ami » avec ce casque. Je demande quand même à mon oncologue si ça va m’aider. Elle me répond que ça va faire en sorte que le produit de la chimiothérapie (qui ne comprend pas qu’il n’y a pas de cancer partout le corps….) aille moins jusqu’au crâne et donc cela va ralentir la perte des cheveux certes, mais cela ne va pas empêcher la chute intégrale. Forcément j’ai été très triste.

Au fur et à mesure, j’ai accepté de me balader avec ma perruque, avec mes turbans puis avec ma coupe de cheveux courte à la repousse.

Je vous parlerai dans des prochains posts du choix de ma perruque & turbans, du coup de rasoir tant redouté et des bons comme mauvais choix capillaires que j’ai fait.

Et vous, allez-vous perdre vos cheveux ? Comment faites-vous pour vivre au mieux ce difficile passage ?  

5 commentaires sur “— PRE-CHIMIOTHERAPIE #1 — Se préparer psychologiquement à se séparer de sa chère crinière

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *