— PRE-CHIMIOTHERAPIE #5 — La pose du Cathéter

Le début des actes chirurgicaux :

📌 On m’a posé mon cathéter en octobre 2018, à moins d’un mois après l’annonce de mon cancer du sein. Ce dispositif est aussi connu sous le nom de PAC ou Port-à-Cath. Cela ressemble à un petit boîtier relié à un tuyau, lui-même relié à une veine. Le cathéter permet de ne pas abîmer nos veines du bras à chaque injection de chimiothérapie.

🕵🏻‍♀️ A cette époque, j’avais pris parti de ne pas chercher d’informations sur internet pour quoi que ce soit, pour ne pas me faire plus peur. Jusqu’à la veille de l’intervention, je me forçais à ne pas penser longuement à l’acte chirurgical, je me tenais occupée pour ne pas y penser. Le matin-même, petit coup de stress.

👩‍❤️‍👩 Heureusement, mon amie R. m’accompagne à l’institut Curie pour me rassurer.

Le déroulement :

📌 J’enfile la tenue de bloc : je ne m’y attendais pas, pour vous dire à quel point je m’étais efforcée à ne pas du tout y penser. C’est parti, c’est moi qu’ils appellent pour passer la première de la journée ! J’étais contente car je déteste l’attente.

📌 Anesthésie locale.

📌 Pose du cathéter. La pose en elle-même ne fait pas mal mais j’ai trouvé ça bien désagréable. Je me suis répétée tout le long que c’était pour mon bien.

📌 Vérification auprès d’une radiographie de contrôle qu’il est bien positionné avant que je ne reparte chez moi en taxi conventionné ! La recherche des taxis conventionnés peut vite venir une galère, j’en parlerai prochainement.

Et après ?

📌 Niveau douleur ? J’ai pris de la morphine pendant 4 à 5 jours car j’avais bien mal. Ensuite, je n’avais plus mal mais cela tirait lorsque je bougeais ma tête et le bras du côté où a été posé le PAC. J’ai mis presque un mois avant de recommencer à dormir du côté opéré. On est toutes différentes mais cela peut donner une idée.  C’est un corps étranger auquel notre corps doit s’habituer. Aujourd’hui, on voit mon cathéter, mais je n’y pense même plus ! Je n’aime pas le toucher mais cela ne me fait plus mal.  

🐳 Ce qui m’a le plus frustrée dans tout cela c’est de me dire que je ne pourrais pas faire d’activités où il y a une trop grosse pression (plongée, saut en parachute ou activité du genre, golf -bon le golf je ne comptais pas en faire mais quand même, je déteste les contraintes). Moi qui voulais me mettre à la plongée et tester la chute libre indoor, c’est en pause ! En attendant, je prends mon mal en patience, en compensant par d’autres activités comme le snorkeling en vacances et ai super hâte de faire mon baptême de plongée !  

Si vous n’avez pas encore commencé la chimiothérapie, direction mon article sur la préservation des ovocytes –> direction le congel’ ou encore sur le choix de la perruque / prothèse capillaire.

Crédit Photo : The Putsch Girls

4 commentaires sur “— PRE-CHIMIOTHERAPIE #5 — La pose du Cathéter

  1. Comme tu le dis, chacune doit avoir une expérience assez perso de la pose du cathéter…
    Pour moi, la piqûre d’anesthésie locale restera une expérience assez traumatisante… par contre, aucune douleur les jours suivants.
    J’ai aussi mis beaucoup de temps à pouvoir redormir de ce côté. Tout comme toi, aujourd’hui, je n’y fait plu attention mais c’est un endroit que je n’aime pas touché. Je pense que ça vient du fait que l’on sait qu’on a un corps étranger sous la peau!
    Quoiqu’il arrive, il faut penser qu’il est bien utile et évite vraiment d’abîmer les veines du bras!
    Bon courage à toutes celles qui sont en traitement.

  2. Bonjour,
    Côté cathé, mon expérience ressemble assez à la tienne. J’ai eu vraiment mal 2.5 jours après la pose (tramadol à fond …. du coup, la kiné en profitait pour bien travailler mes cicatrices, même pas mal), puis, les 2 jours suivant, le paracématol suffisait.
    Comme tu dis, toutes les expériences sont différentes. Ma petite soeur n’a pas eu mal après.
    Au départ, ma 1e séance de chimio était prévue le lendemain. J’avais décalé de qq jours pour que les 6 collent avec mon agenda pro (je suis dans l’événementiel & j’avais 1 congrès après chimio 3 & un autre juste avant chimio 5)
    Ben, j’étais bien contente d’avoir décalé et de démarrer la chimio sans avoir mal.
    De plus, la douleur + la trouille commençaient à me coincer le cou. Heureusement, ma kiné était là pour me rassurer et me montrer que je pouvais bouger le cou sans pb + léger massage pour décoincer le début de gros torticolis.
    Pour celles qui en sont au début de ce fichu voyage, au cas où vous tombiez du mauvais côté de la douleur …. demandez à ne pas avoir la chimio dès le lendemain (d’autant que le cathé bougera un peu encore, ce qui était arrivé à ma soeur) …. 3 ou 4 jours après, c’est mieux.
    Courage à tous & toutes 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *