— PRE-CHIMIOTHERAPIE #11 — Le Decapeptyl & la « mise en fausse ménopause »

Afin de protéger au mieux ma fertilité, pendant ma chimiothérapie, j'avais à faire une piqure de Decapeptyl tous les 28 jours. J'ai donc vécu les effets secondaires de la ménopause.

🐣 Comme je vous le disais dans mon article sur le prélèvement des ovocytes alias les petits œufs au congel’!, mon rendez-vous avec une onco-gynécologue spécialisée en fertilité à l’Institut Curie a eu pour objectif de définir les moyens à mettre en place pour protéger au mieux ma fertilité. Si ce n’est pas déjà fait, je vous invite également à lire mon article sur la course des actes invasifs avant le début de la chimiothérapie.

💉 En plus de ma congélation d’ovocyte (ovocyte au singulier ce n’est pas une erreur 🙈), on me prescrit une piqûre à faire faire par des infirmiers tous les 28 jours : Decapeptyl.

💤 L’objectif ? Mettre en repos mes ovaires. J’appelle ça « ma fausse ménopause ».

🥵 Niveau effets secondaires j’ai eu des bouffées de chaleur, plusieurs nuits à transpirer de manière excessive (environ 5 – 10 en 5 mois) et une baisse de libido…

💡 Mes conseils pour vivre au mieux cette période pendant le Decapeptyl :

  • S’habiller avec des couches superposées, de manière à pouvoir vite quitter son pull et se mettre en tee-shirt lorsque les bouffées de chaleur apparaissent.
  • Préparer des draps de secours si vous vous réveillez en sueur la nuit.
  • Discuter avec sa moitié de la baisse de libido.
  • De mon côté, la piqûre était tous les 28 jours. Si vous n’êtes pas à votre domicile pour l’une des piqûres, pensez à appeler une infirmière dans le coin pour toujours veiller à ne pas louper le jour J !

Et vous, avez-vous eu une solution de ce type proposée pour conserver la fertilité ? Comment l’avez-vous vécue ?

Crédit Photo : Taryn Elliott

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *