— THE PUTSCH GIRLS #3 — J’ai un Cancer…

Aujourd’hui est un jour particulier pour moi.

Hérédité merci ?

🎗 Ma grand-mère maternelle est décédée à 42 ans d’un cancer du sein qui a été très agressif et qui l’a malheureusement très vite emportée… Quand j’étais petite, j’avais très peur que ma mère décède également à 42 ans de cette même maladie. Aujourd’hui, elle se porte très bien (merci 🙏). 

🍋🍋 Fin août 2018, je me suis dit qu’il était important de faire une autopalpation régulière et que je devrais choisir un jour par mois facile à se rappeler (le 1er du mois) pour faire mon autopalpation. Ainsi, je palpe ma poitrine et je sens une petite boule dure (que l’on appelle « nodule ») au sein gauche. Je me dis que je suis une grosse parano, que je sens une boule à ma première autopalpation, je dois rêver. J’attends 1 jour, 2 jours. Ça ne part pas… J’appelle ma maman (qui est toujours de très bons conseils ❤️) qui me répond d’appeler ma gynécologue illico presto.  

Les tests :

👩‍💻 Ma gynécologue reste modérée sur son analyse et m’envoie passer une échographie pour en savoir plus. A cet examen, je tombe sur une « charmante » femme qui veut me rassurer et qui me répète qu’il ne faut pas que je pense à l’histoire de ma grand-mère maternelle, qu’après tout je n’ai que 24 ans et que cela devrait probablement être un kyste de rien du tout. Elle analyse ensuite le résultat et me dit qu’elle ne voit rien d’anormal. Pourtant, elle appelle ma gynécologue, et après ce coup de fil, on me donne un nouveau rendez-vous pour passer une mammographie, toujours «  juste au cas où, on ne sait jamais ». Alors, je reviens au même centre de radiologie. Même femme, même discours, on ne s’inquiète pas, c’est probablement rien. Je rappelle donc ma gynécologue une dizaine de jours plus tard pour savoir où en sont les résultats. Elle m’invite à la revoir et je reprends donc rendez-vous le jour même, le lundi 17 septembre.

Résultat : “Ce n’est pas bénin ?”

👩‍👧 Ma maman décide de prendre le train pour venir avec moi. Verdict : « ce n’est pas bénin ». Je me rappellerai toujours de ce moment. Je ne comprenais rien. Ok, ce n’est pas bénin. Mais donc qu’est-ce que cela veut dire..? Mon cœur a commencé à s’emballer à 300 battements par seconde. Le stress montait. Puis, elle a précisé qu’il y avait des cellules cancéreuses. Je me sentais oppressée, choquée, je ne comprenais toujours rien. A l’heure actuelle, parler de cancer, cela continue de faire peur. Cela touche beaucoup de monde et pour autant c’est un sujet qui demeure « tabou ». On se sent gêné quand on en parle. Les autres sont gênés quand on en parle. 

Un an plus tard :

📽 Ce rendez-vous, cette annonce, c’était il y a pile un an. Je pense que chacune et chacun d’entre nous n’oubliera jamais cette « grande » date. Un an plus tard, j’ai mûri, que ce soit au plan santé qu’au niveau psychologique. J’ai l’impression d’avoir cheminé une montagne de réflexions que je n’aurais pas eues sans la maladie. J’ai toujours un sentiment de nostalgie sur certains sujets. Mais ô que je suis reconnaissante. J’ai la chance d’avoir découvert que j’avais un cancer avant qu’il ne soit trop tard. J’ai la chance de continuer à profiter de la vie, certes de manière différente qu’avant, mais est-ce forcément moins bien ?

Et vous, comment avez-vous découvert votre cancer ? Comment vous l’a-t-on annoncé ?

Crédit Photo : The Putsch Girls

9 commentaires sur “— THE PUTSCH GIRLS #3 — J’ai un Cancer…

  1. Chère Carole,
    Bravo d’avoir fait de l’autopalpation !
    Pour ma part, c’était dans un hammam à Casablanca pendant mes vacances 🙂
    Je n’ai aucun antécédent de cancer du sein dans la famille, je n’y pensais absolument pas. Gros choc quand la dame du hammam qui me passait le gant exfoliant a pris ma main pour la mettre en appuyant bien fort pour que je sente ma tumeur ….. Là, je n’ai eu aucun doute, j’étais sure que c’était un cancer.
    Je n’ai rien dit à mes amis chez qui j’étais en vacances, cela me permettait de digérer à mon rythme. Et au retour, rdv gyneco, mammo, irm, biopsie …. confirmation, rdv à Curie … lorsque j’ai dit à ma chir’ comment j’avais détecté, elle s’est souvenue qu’une de ses amies (surement chir’ marocaine) lui avait dit qu’au Maroc, c’est le hammam qui est la 1e détection des cancers du sein.
    Cette dame du Hammam m’a certainement sauvé la vie. La tumeur n’était pas bien vieille, pas très grosse mais bien agressive.
    Je conseille donc à mes amies (qui flippent du coup) de faire autopalpation & hammam 😉

    1. Chère Sandra,

      J’en apprends tous les jours ! Je ne savais pas que le Hammam pouvait être le premier moyen de détections des cancers du sein au Maroc, avant l’autopalpation ! Merci pour ton partage !

    2. Bonsoir Carole,
      L’article de presse, le blog… j’ai tout lu avec une grande attention, je suis en admiration… Félicitations d’avoir si bien formulé toutes ces étapes, ces nombreux conseils et surtout d’en faire partager les autres, vous êtes si jeune !!!
      Moi, j’ai découvert mon cancer du sein par la palpation d’une petite boule en appuyant sur mon sein lors d’1 déménagement de mon bureau, cancer agressif… combat se poursuit à l’Institut Gustave Roussy… aucune anomalie n’avait pourtant été signalée lors du passage de ma mammographie de dépistage 1 an avant (petite tumeur cachée).
      J’ai aussi voulu évacuer, partager, en rédigeant personnellement “un petit guide de la maladie” dans lequel j’ai plutôt détaillé la partie administrative… avec des infos sur les soins supports et quelques bonnes adresses à connaître… il est très utile et fort apprécié lorsque je l’offre…
      Comme j’aimerais vous rencontrer un jour même si nous n’avons pas le même âge !

      1. Bonjour Marie-Claude,
        Merci beaucoup pour ton gentil message et pour ton témoignage 😘.
        J’adorerais lire ton petit guide.
        Avec grand plaisir pour se rencontrer 🤗

    3. Salut ! Comme tu l’écris, on n’oublie pas cette annonce. Tout se cristallise en un millième de seconde…
      Pour ma part, la 1ere fois c’était le 23 juin 2015. J’avais senti, après une période de travaux où j’étais perclue de courbatures 😉 une petite boule. Pas grave! 2 semaines + tard elle avait doublé. Alors j’ai pris rdv au Chu. Délai 1 mois. S’en est suivi dans les 15 jours echo + mammo + biopsie. Même si le radiologue avait sorti un “vu la forme, c’est très inquiétant “, je n’y ait pas cru…. jusqu’à cette annonce : cancer, grade 3, chimio puis operation, rayons…. j’avais 36 ans, nous venions d’acheter et un projet bébé en tête…
      La 2ème fois, je n’oublie pas non plus : le 7 février 2019. Après les traitements, 2 ans d’hormonotherapie, la reprise d’une vie normale…. et cette envie de bébé + que présente. Alors passage par un TEP Scan pour une petite vérification poussée et là… truc chelou (yep, je parle jeune 😅). Enchaînement d’examens, avis contradictoires…. cela a traîné de mai 2018 à janvier 2019 (18 examens et rdv tout de même ) jusqu’à être opérée de l’aisselle (réouverture du curage axillaire gauche) pour avoir le fin mot de l’histoire. Le 7 février j’allais le coeur léger chercher les résultats (décidément qd on a un caractère optimiste il ne part pas comme ça !) Et bam! La douche froide… récidive dans le système lymphatique, que de la chimio. Mutation du cancer en triple négatif…. aujourd’hui je tombe sur ton blog. J’ai eu ma 22eme chimio depuis cette 2ème annonce. J’ai fêté mes 41 ans samedi dernier.
      Vive la vie!! Vive les girls victorieuses!!
      Bien à toi

      1. Hello,

        Merci beaucoup pour ton témoignage ! C’est un sacré parcours que tu as eu !

        Je te souhaite un bel anniversaire avec un peu de retard et t’envoie plein de force dans ton second combat 💪 🙌 😘
        Et oui, vive la vie ❤️

  2. Pour ma part, on m’a découvert une petite boule, assez haute sur le sein droit lors d’une échographie qui a été faite juste après l’examen de la MAMOGRAPHIE . Petite ponction, non douloureuse, et de suite la sénologue m’a informée qu’elle pensait fortement à une tumeur cancéreuse et qu’il fallait que je prenne rendez-vous très rapidement auprès d’un chirurgien et comme c’était une personne très compétente, je n’ai pas hésité… Mais bien sûr, j’ai connu la douche froide, où tout s’écroule et où on n’imagine qu’un avenir sombre et la mort au bout du chemin… Tout se bouscule….Un film de tout ce que l’on avait la chance de vivre, de posséder, moments de bonheur, Amis, amour, bref notre quotidien, s’effondre totalement…..Et un futur incertain nous angoisse encore plus…. Et les pleurs me submergent, en me retrouvant seule, sur le trottoir. Et puis je prends du recul et tout s’enchaine rapidement…..Je vis mal, mais mieux que l’annonce car je prends le temps de m’occuper de moi et je lâche mon job, qui était très difficile et fatiguant, à l’époque, par un long arrêt maladie…Pour ma part, ça m’a beaucoup aidée à me recentrer sur moi-même. Aujourd’hui je vais très bien et n’ai eu que des rayons, donc de bon pronostic malgré mon âge, 47 ans. Mais quatre ans plus tard, on m’a annoncé un cancer du kyste du gloss….Et là, je l’ai évidemment très mal pris. Cependant, il s’agissait d’un autre cancer et non de métastases du premier et l’espoir est revenu tout doucement. Les cancers de la thyroïde se guérissent plutôt bien dans 99% des cas. A ce jour, cela fait plus de 13 ans. Je fais du sport et suis en forme. Voilà mon histoire. Mais, si je vis à 100% sans plus m’encombrer des petits tracas du quotidien mais des vrais problèmes, je suis devenue un peu ‘plus parano’ quand je consulte, c’est plus fort que moi cette petite angoisse du ‘on ne sait jamais’, ceci dit, nous avons la chance d’être bien soignée, dans notre pays et les progrès de la médecine ne cessent d’évoluer.
    Merci Carole pour ton blog qui est tellement réconfortant.

    1. Merci Catherine pour ton partage ! En effet, après nos parcours, on a tendance à laisser les choses subtiles de la vie de côté et se concentrer sur l’essentiel 🙏

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *