— THE PUTSCH GIRLS #6 — Pourquoi c’est si long ? Pourquoi tous ces traitements ?

Mon cerveau a assimilé le protocole de soins anticancéreux à un triathlon. Mais pourquoi ce triathlon est si long et comprend autant de pauses ?

📌 En octobre 2018, mon chirurgien m’a annoncé mon protocole de soins initialement prévu, à savoir : chimiothérapie par voie intraveineuse, opération et radiothérapie.

🏊‍♀️🚴🏽‍♀️🏃‍♀️ Mon cerveau a assimilé cela à un triathlon. 3 épreuves différentes à traverser en un temps long : 9 mois. Mon protocole a été rallongé entre temps mais je reviendrai dessus plus tard.  Je vous invite à découvrir comment j’ai vécu l’annonce de mon cancer ici.

🏆 Dans ma tête, je ne pensais qu’à une chose : la ligne d’arrivée. Si j’avais eu des pouvoirs magiques, j’aurais souhaité accélérer le temps pour que le protocole soit franchi au plus vite et que je sois certaine d’arriver jusqu’au bout, avec des cicatrices physiques et psychologiques mais « saine et sauve ».

🤷 J’ai donc ressenti une énorme frustration en réalisant le nombre de mois de pause dans le protocole : 1 mois entre l’AC et le Taxol, 1 mois entre le Taxol et la mastectomie, 1 mois entre la mastectomie et la radiothérapie, 1 mois entre la radiothérapie + essai clinique et la chimiothérapie par voie orale sans oublier la cerise sur le gâteau : 1 an minimum entre la radiothérapie et la reconstruction mammaire. Bref, je vous laisse faire le calcul, cela fait beaucoup d’attente, et je suis de nature impatiente.

📌 Après la fatigue et les neutropénies accumulées pendant l’AC, la pause pré Taxol a permis à mon corps de récupérer. La pause entre le Taxol et mon opération a aussi permis à mon corps de reprendre des forces pour bien cicatriser après l’opération et pour éviter les infections. La pause après la mastectomie m’a permis d’entamer la rééducation avec des séances de kiné avant les rayons + Olaparib et aussi de me reposer car c’est fatigant psychologiquement et physiquement. La pause entre la radiothérapie + essai clinique et Xeloda a permis à mes brûlures de s’estomper. Et la dernière pause entre la chimio par voie orale et la reconstruction mammaire est nécessaire pour éviter les infections et pour permettre une bonne cicatrisation post opératoire.

☀️ Bref, j’ai réalisé que ces pauses à répétition qui me paraissaient inconcevables au début ont bel et bien été utile. J’apprends à adopter la méthode « au jour le jour ». Apprendre à vivre l’instant présent et à me sentir bien avec lui. A ne plus vouloir sauter des étapes et profiter de chaque instant.

Et vous, comment apprivoisez-vous la longueur des traitements ?

Crédit Photo : The Putsch Girls

3 commentaires sur “— THE PUTSCH GIRLS #6 — Pourquoi c’est si long ? Pourquoi tous ces traitements ?

  1. Bonjour Carole,

    C’est en octobre 2019 que le chirurgien m’a annoncé un adénocarcinome non résécable, avec chimiothérapie.
    BRCA moi aussi -type 2- on m’a parlé de l’Olaparib en 2è ligne. Quel a été pour toi le mode d’administration de l’Olaparib ?
    Merci de ton beau site, qui fait du bien.
    Isabelle

    1. Bonjour Isabelle,

      Merci beaucoup pour ton partage d’expérience et ton retour positif 😊.
      Je prends l’Olaparib / Xeloda par voie orale, matin et soir, 30min à 1h après le repas, en espaçant les prises entre 10h et 12h. N’hésite pas à me contacter si tu as des questions plus tard sur les effets secondaires que j’ai eus ou autre 😘

      Je te souhaite une belle journée !

      Carole

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *